Confinement : textes d’Émilie Vaillant

Pour passer le temps du confinement, Émilie a répondu aux deux exercices que nous avions proposé

Une phrase contenant les 26 lettres de l’alphabet :

Tu peux les voir danser un slow, un jerk ou une zumba, mais y a t-il une chance que la folie les gagne ?

Le confinement à la Perec (sans ‘e’) :

Aux confins du pays, il fallait subir l’obligation. A midi, Francois s’affairait à la cuisson du rougail. Un tour olfactif dans un DOM, illusion d’un instant. Puis un vrai tour hors murs, pour saisir un rayon de jour, voir surgir plantations ou animaux. Il imaginait dormir sur un doux gazon tondu. Toujours vaquait-il d’ici à là, sans savoir quid du futur. Trop d’informations autour du coronavirus : radio, TV, wifi… au point qu’il vomit d’avoir trop vu, d’avoir trop su. Il partait pour un combat sans but…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *