Confinement : texte de Virginie

Carte postale de SAM

le 18 avril 2020

Chère amie

Déjà un mois sans mettre le nez dehors, sans voir personne d’autre que ceux et celles avec qui je vis.
Tous les jours depuis un mois à voir les mêmes têtes, à les croiser matins et soirs….
Certes, d’habitude aussi je les vois matins et soirs. Mais ce n’est pas pareil; la journée, ils sont ailleurs.
Et surtout, moi aussi je suis ailleurs.
Le pire, voyez vous, c’est que le confinement ne m’est pas lourd. c’est même assez agréable de se poser et de voir la vie défiler autrement…
Ce qui me semble le plus difficile, c’est de ne pas savoir pourquoi je me sens triste.
Est -ce que finalement je suis comme tout le monde et j’ai besoin d’une vie extérieure ?

Bref, je crois que, sans m’en rendre compte, cet enfermement me pèse.

Bien à vous,
SAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *